> retour aux actualités régionales

10 secrets pour rallonger leur espérance de vie

22/01/2021

10 secrets pour rallonger leur espérance de vie
Vous souhaitez vivre avec votre compagnon le plus longtemps possible dans les meilleures conditions possible ? Voici quelques « secrets » pour vous permettre de leur offrir cette qualité de vie. Des études ont montré qu’en appliquant ces quelques règles simples, on pouvait faire augmenter leur espérance de vie de plusieurs années.
 

1. Conduisez-le régulièrement chez le vétérinaire

Votre vétérinaire est le spécialiste de la santé des animaux. Des visites régulières de contrôle permettent de déceler une anomalie, un trouble organique ou une insuffisance avant que les symptômes sérieux apparaissent. N’hésitez donc jamais à demander l’avis de votre vétérinaire et de son équipe, et solliciter leurs conseils. Les jeunes animaux et les séniors doivent faire l’objet de contrôles plus réguliers encore.
 

2. Surveillez sa croissance

La croissance est la période la plus sensible et elle conditionne en grande partie la sensibilité à l’âge adulte. Une croissance trop rapide chez les grands chiens et des carences ou des maladies chez les chiots et les chatons peuvent conditionner des fragilités qui perdureront toute leur vie (articulaires, digestives...). Surveillez donc soigneusement leur croissance, contrôlez leur poids et conduisez rapidement votre jeune compagnon (rapidement) chez le vétérinaire en cas de troubles : une diarrhée aura, par exemple, un impact beaucoup plus important chez le jeune que chez l’adulte.
 

3. Choisissez une alimentation adaptée

Une alimentation adaptée est aussi gage de longévité. Dès le plus jeune âge, choisissez l’aliment le plus adapté, le plus équilibré. Une ration ménagère bien conçue ou un aliment en croquettes haut de gamme apportera les bons nutriments dans les bonnes proportions, mais aussi des substances bénéfiques comme les antioxydants ou les acides gras oméga 3.
Il n’y a pas de recette unique : à chacun de vos compagnons, en fonction notamment de son âge, de sa race, de son mode de vie, doit correspondre une formule nutritionnelle. Votre vétérinaire peut vous conseiller sur ce point.
 

4. Les bénéfices de la stérilisation

Les animaux stérilisés ont moins de raisons de se battre ou de fuguer, et donc de faire de mauvaises rencontres (accident de voiture, maladies, griffures, morsures...).
Chez la chienne de surcroit, la stérilisation préserve de certaines maladies comme les tumeurs mammaires, à condition que l’opération ait été réalisée avant les premières chaleurs.
 

5. Surveillez son poids

Le surpoids s’accompagne d’un état inflammatoire permanent. Pesez régulièrement votre compagnon, et vérifiez sa couverture graisseuse : on doit sentir ses côtes. Tout écart de plus de 5% peut et doit être rapidement corrigé. Il faut d’ailleurs relativiser : 1 kg chez un chat représente l’équivalent de 20 kg chez un humain.
 

6. Protégez-le des parasites et surveillez sa peau et son pelage

Les parasites internes, en spoliant votre animal de ses aliments, peuvent entrainer des carences. Les parasites externes vont, quant à eux, entrainer des démangeaisons et faire le lit de dermites bactériennes. Certains parasites externes peuvent en plus transmettre des maladies graves. Votre vétérinaire et son équipe disposent des meilleures solutions pour vous aider à protéger votre compagnon. Un mauvais état de la peau et du pelage peut constituer un signe de parasitisme.
 

7. Stimulez son activité

La sédentarité n’est pas favorable à la longévité : cela perturbe autant l’équilibre psychique que fonctionnel. Favorisez le jeu et les promenades chez le chien, et l’activité chez le chat. Il existe maintenant de nombreux moyens de faire jouer nos compagnons. Le coeur, les articulations et les muscles en ont autant besoin que le cerveau et cela contribue à prévenir très efficacement le surpoids.
 

8. Surveillez ses dents

La plaque dentaire et le tartre sont souvent sous- estimés chez nos compagnons. Pourtant, il s’agit d’un important réservoir de bactéries qui peuvent être à l’origine de maladies internes parfois graves : insuffisance cardiaque, insuffisance rénale, etc. Une bonne hygiène buccale permet de limiter ce risque. Aussi bien pour les chiens que pour les chats, il faut vérifier régulièrement l’état de la cavité buccale avec votre vétérinaire.
 

9. Attention à l’automédication

Ne lui donnez pas de médicaments de médecine humaine sans l’avis de votre vétérinaire. Si certaines molécules sont bien supportées et sont même utilisées en médecine vétérinaire, certaines autres peuvent être dangereuses, même en adaptant la dose à la taille de votre compagnon. Ainsi, les anti-inflammatoires sont rapidement toxiques chez le chat, qui les métabolise différemment.
 

10. Attention aux poisons

Enfin, un certain nombre de toxiques peuvent se trouver à portée de votre compagnon et peuvent le rendre malade, voire le condamner. Ainsi, l’antigel aura un goût sucré pour les chiens qui en sont friands, et va provoquer une insuffisance rénale. Les chats sont attirés par l’eau de javel...Mais il faut aussi se méfier de certains aliments humains comme le chocolat, les oignons, la pomme de terre crue. De manière générale, il est préférable d’éviter de donner des « plus » alimentaires, et de mettre hors d’atteinte tout ce qui est dangereux.
 

Conclusion :

Longévité et prévention des risques sont souvent synonymes. Quelques principes simples permettent de limiter un certain nombre de maladies. En cas de doute ou de question, n’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.